mardi 13 décembre 2016

Jack est scrap 6x2/7



On débarque du pick up, Martha, Lars, et George et moi. Quelques enfants qui se chamaillaient se précipitent vers Martha. C’est la première fois que je vois de près la Maison des langues dénées, la Dene Yatié Kué, dirigée par Miguel Caba. Aussi impressionnant qu’il soit, le bâtiment pourrait avoir poussé là tellement son stucco gris aux reflets violets s’harmonise avec la colline rocheuse d’où il a jailli, à ses mousses séchées.
Il n’y a que les étrangers et les universitaires, les premiers se confondant la plupart du temps avec les seconds, qui nomment Dene Yatié Kué la Dene Yatié Kué. Le nom utilisé par les gens de la communauté s’avère vachement moins, disons, somptueux : Mike’s. Ou avec un supplément d’ironie kitsch: le Mikorama.
Mike’s à la puissance deux. Parce que le Maya Ixil guatémaltèque ici, personne l’appelle Miguel, hormis quelques étrangers et universitaires. C’est Mike. Et parce qu’ici se trouvait jadis la maison de Mike Croft, qui a accueilli Miguel, magané, meurtri, à son retour de Yellowknife, où il avait travaillé dans un cabinet d’architectes.
Mike – Croft - avait pas beaucoup de dents et encore moins d’années de scolarité mais c’était un homme curieux, observateur et pleine de ressources. Il avait été guide pour des chasseurs, des pêcheurs et des scientifiques, avait servi dans les Rangers où il avait développé une passion pour les télécommunications. Cycliquement, le bureau de poste recevait pour lui des bouquins obscurs qu’il commandait du Sud (lire Edmonton) sur la botanique, la minéralogie, les ondes courtes.
Mais s’il avait eu une passion, ça avait été la musique. Lui-même fut un chanteur plutôt déplorable dont les prestations épisodiques dans les soirées de la communauté généraient chez les spectateurs des rictus perplexes et des gloussements nerveux.Au-delà de sa pratique, et en cela démontrant sa fierté d’être Indien (c’est comme ça qu’on appelait ça avant), il avait commencé une collection d’enregistrements dans les différentes langues athapascanes, en navajo même, en chiricahua, en apache, 
en tagish, en gwich’in, en babine...

3 commentaires:

  1. Allo
    Ma tentative de rédiger un véritable plan à Jack est scrap a très modérément réussie; je continue sur les pistes avec quand même une idée plus claire d'où ça s'en va. J'espère terminer cette novella en février. N'hésitez pas à laisser des commentaires.
    Bonne santé et inspiration à tout le monde.

    RépondreEffacer
  2. J'attends février pour parcourir ton casse-tête assemblé.

    RépondreEffacer